Comment organiser les démarches administratives d’un défunt ?


L’organisation des obsèques d’un proche est une étape primordiale qu’il ne faut pas négliger et qu’il faut assurer jusqu’à la fin pour rendre un dernier hommage au défunt. Cependant, la perte d’un proche n’est pas une chose facile à gérer et la réalisation de cette organisation peut s’avérer très difficile pour les personnes endeuillées. C’est aussi valable lorsqu’il s’agit de s’occuper de tous les démarches administratives. Ce sont alors les raisons pour lesquelles les pompes funèbres ont vu le jour.

Les différentes démarches administratives après un décès

Lorsqu’un de vos proches vous quitte, vous ne pouvez rien faire tant que vous n’avez fait aucune déclaration auprès de votre mairie. Cependant, vu dans quel état d’esprit vous pourriez être, vous ne serez pas en mesure d’aller vous occuper de toutes les paperasses et de toutes les formalités administratives vous même. Dans ce genre de situation, vous devrez donc vous faire aider par des personnes compétentes et dignes de confiance comme la pompe funèbre du département qui emploie plusieurs agents aptes et qualifiés à réaliser toutes les démarches administratives dont vous aurez besoin.

L’utilité de l’acte de décès

L’acte de décès est un document très important que vous devriez avoir en votre possession lors d’une perte de proche. Pour se procurer ce document, vous devrez fournir à l’agent de la pompe funèbre le livret de famille, les pièces d’identités (Carte d’identité, passeport, permis de conduire, etc.), le certificat médical de prouvant le décès du défunt. Mais en plus de cela, vous devrez également fournir votre propre pièce d’identité.

Juste après le décès du défunt, c’est alors la première étape à finir pour pouvoir s’occuper d’autres démarches administratives. De plus, sans ce document, vous ne pourriez effectuer aucunes des démarches auprès de la Sécurité Sociale, de la banque, de la mutuelle, des impôts, de l’employeur,  de succession, du capital de décès, etc. Pour se procurer cet acte de décès ; vous devrez dans ce cas vous rendre dans les bureaux d’état civil du lieu de décès ou à la mairie. Ces derniers sont les autorités compétentes qui peuvent délivrer l’acte de décès du défunt.


Les différentes sortes d’autorisation

Il existe plusieurs types d’autorisation que vous devrez demander auprès de votre mairie pour pouvoir enterrer votre défunt. En étant occupé avec les obsèques et votre deuil, vous n’aurez surement pas le temps d’aller prendre ces différentes sortes d’autorisation, c’est pourquoi, les agents d’une pompe funèbre pompe funèbre peuvent assurer ce travail. Quelque soit l’autorisation que vous aurez besoin, à savoir une autorisation de fermeture de cercueil, ou une autorisation d’inhumer, ou une autorisation de crémation,… l’agent de la pompe funèbre s’assurera d’acquérir toutes les autorisations et les documents nécessaires.

Comment organiser les démarches administratives d’un défunt ?

Autorisation de fermeture du cercueil

Vous ne pouvez fermer le cercueil de votre défunt sans avoir eu l’autorisation de fermeture de cercueil délivrée par l’officier de l’état civil qui se trouve au lieu de décès ou au lieu de dépôts de corps du défunt. Il est donc nécessaire que vous vous déplaciez là bas pour vous procurer cette autorisation et pour pouvoir fermer le cerfeuil de votre défunt.

Autorisation de crémation

Les coutumes et les religions ou les dernières volontés des défunts sont tous différents. Il est donc possible qu’à cause de ces trois raisons à savoir la religion, la coutume et la volonté du défunt, vous ne fassiez pas d’enterrement, au contraire vous crématisez vos morts. La crémation se ne peut se faire que 24heures au moins et 6 jours au plus après le décès. Cependant, avant de faire une crémation, vous aurez également besoin d’une autorisation de crémation. Pour acquérir cette autorisation, vous devrez faire une demande auprès de votre mairie, plus exactement la commune du lieu de décès ou du lieu de la mise en bière du défunt.

Par contre, la mairie ne vous délivrera pas cette autorisation sans la présentation de quelques pièces et documents importants. Tout d’abord, vous aurez besoin de présenter une expression écrite des dernières volontés du défunt souhaitant se faire crématiser au lieu d’être enterré.  Cependant, si vous n’êtes pas en mesure de fournir cette pièce, vous pouvez toujours présenter une demande venant de toutes les personnes qualifiées pour pourvoir aux funérailles suivi de leurs états civils et de leurs domiciles. En second lieu, vous aurez également besoin de présenter un certificat du médecin qui a constaté et qui a affirmée que le défunt ne dispose aucun problème médico-légal.

Autorisation d’inhumer

Evidemment, l’inhumation nécessite aussi une autorisation provenant de la mairie du lieu d’inhumation ou la commune du lieu de décès. Tout comme la crémation, l’inhumation doit aussi avoir lieu 24 heures au moins, ou 6 jours au plus après le décès du défunt.

Autorisation de rapatrier

Dans la mesure où le défunt est décédé dans un pays étranger mais doit, dans tous les cas être rapatrié dans son pays d’origine, sa famille doit alors demander une autorisation de rapatrier pour pouvoir déplacer le corps d’un pays à un autre. Encore une fois, cette autorisation est délivrée par la mairie du lieu de décès du défunt. Et pour s’en procurer, vous devrez présenter quelques documents à savoir le certificat de décès, la pièce d’identité (passeport),  le domicile, etc.,. du défunt.

Toutes ces demandes d’autorisations demandent beaucoup de temps et d’énergie, des choses qu’une personne endeuillée n’a pas en sa disposition. Pour éviter de se compliquer avec tout cela, vous pourriez dans ce cas, très bien solliciter les aides des pompes funèbres. De plus, à part les démarches administratives, les agents de la pompe funèbre peuvent s’occuper de toute l’organisation des obsèques, depuis de décès du défunt, jusqu’à son enterrement.