La formation taxi : un investissement rentable


L’exercice de la fonction de chauffeur de taxi est strictement encadré en France. Ainsi, pour pouvoir conduire un taxi, les chauffeurs doivent obligatoirement suivre une formation. Elle est ensuite sanctionnée par un certificat de capacité professionnelle de conducteur de taxi ou le CCPCT. Voici un tour d’horizon pour ceux qui veulent exercer ce beau métier.

Quelles conditions pour pouvoir suivre une formation taxi ?

Pour suivre une formation taxi  il faut être titulaire d’un permis de conduire de catégorie B au moins depuis 3 ans.  Aussi, conduire un taxi exige une excellente santé. Ainsi un certificat d’aptitude médicale de moins de 2 ans est à fournir lors de votre inscription à une formation de taxi. En outre, le métier exige un comportement irréprochable, d’où l’obligation de fournir un bulletin numéro 3 vierge.

Autre cette formation métier, les chauffeurs titulaires d’une licence doivent refaire une formation tous les 5 ans. Toutefois, pendant cette formation, aucun examen n’est à passer. Son but est de faire connaître aux chauffeurs en exercice les nouvelles réglementations en vigueur, mais aussi à leur rappeler les connaissances de base et qualité essentielle à la conduite d’un taxi.

La formation taxi : un investissement rentable


Les qualités essentielles d’un conducteur de taxi

Être chauffeur de taxi nécessite un sens du services aiguë. En effet, exercer ce métier ne se limite à conduire les clients dans les lieux qu’ils demandent. En plus de cela, un chauffeur de taxi doit assister le client pour ses bagages et toujours rester courtois. L’image doit être particulièrement soigné tout comme la voiture qui rappelons le est l’outil de travail d’un chauffeur de taxi. Aussi, il doit avoir un sens des responsabilités très développé. En effet, la sécurité de ses passagers est entre ses mains. En cas d’accident, il doit également maîtriser les gestes de premier secours en cas d’accident. En outre, une bonne condition physique est nécessaire, vu les horaires très flexible liés à l’exercice du métier. Par exemple, il est possible qu’un chauffeur veillent tard dans la nuit et le lendemain partir très tôt. C’est pour cela aussi qu’on lui demande d’être consciencieux et d’arrêter de conduire au bout de 10 heures de travail.

Carrière d’un chauffeur de taxi

Un chauffeur de taxi peut choisir entre 3 statuts différents. Soit il est le salarié d’une compagnie de taxi, soit artisan et travaille pour son propre compte ou encore un locataire en tant que travailleur indépendant.

En tant que salarié d’une entreprise il perçoit un salaire net par mois et tous les avantages associés à ce titre. Au sein d’une entreprise, il est possible d’avoir des promotions après quelques années de bons services. Pour un chauffeur de taxi artisan, ce dernier doit acheter une licence d’exploitation et un droit de stationnement auprès de la mairie. Cependant, le temps d’attente est parfois très long ce qui pousse ceux ne veulent pas intégrer une entreprise à louer des licences auprès des autres exploitants. Ainsi, ils peuvent travailler en tant qu’indépendant mais versant une somme au bailleur de la licence, une pratique tout à fait légale en France.